Gauche alternative 2007 du Cher
Gauche alternative 18

ACCUEIL


Réponse à l'Association de Protection de la Nature du Boischaut Sud concernant le projet de carrière:

Objet : votre lettre aux candidats

Jean Luc Julien candidat
dans la 3 ème circonscription

Gauche alternative 2007”
14 rue E. Deschamps
18000 Bourges


à Association de Protection
de la Nature du Boischaut Sud.

Le 03 juin 2007
Monsieur le président de l’A.P.N.B.S.

    C’est avec un grand intérêt que j’ai consulté votre dossier, je représente un mouvement politique qui est comme votre association très attaché à la protection de l’environnement, de la santé et du confort de vie des habitants.

    Dans l’absolu, nous ne sommes pas opposés à l’exploitation d’une carrière, si celle-ci contribue à l’aménagement du territoire ( article 6 de la charte de l’environnement). Cependant sa création ou son agrandissement doit pouvoir répondre à un cahier des charges strict quant à l’empreinte écologique générée par le projet. ( articles 3; 4; 5 de la charte de l’environnement)

    Si j’accède à la députation, croyez que je ferai le maximum pour qu’un moratoire soit prononcé afin que ce projet soit reconsidéré en collaboration avec les premiers concernés par les nuisances potentielles : les habitants des 9 villages et au nom de la nature environnante.

    Nous sommes opposés à l’utilisation systématique de granula de carrière de pierre pour les terrassements si les entreprises de BTP peuvent utiliser des granulats de béton de démolition à proximité. Il est possible de réduire l’empreinte écologique. Il faut se mettre à l’esprit que de grandes opérations de démolition des anciens parcs HLM sont en cours dans le Cher, et que c’est un moyen efficace de recyclage des déchets ultimes de démolition.

    Le promoteur du projet se doit de prouver par des expertises, que les retombées de poussières n’auront aucun impact sur la santé des habitants, de la faune et sur la flore environnante. Que les boues seront retenues de manière efficace et aux frais du dit promoteur, afin de préserver les cours d’eau et nappe phréatique. ( article 1 et 2 de la charte de l’environnement)

    Il se doit aussi de préserver la quiétude et le maintien de la valeur du patrimoine des habitants.

    Au-delà de la catastrophe environnementale qu’engendre l’exploitation d’une carrière, les pouvoirs publics doivent se poser quelques questions et faire la clarté sur le projet. ( article 7 de la charte de l’environnement)
  • L’exploitant prendra t-il en charge la réhabilitation après fermeture de la carrière, seul ou avec l’aide du département ?
  • Un contrat est-il prévu avec le département, la région, le canton ?
  • Sous quelle forme la réhabilitation sera faite: en eau, en remblaiement en terre, en enfouissement de déchets ultimes 75 m est une profondeur très intéressante pour l’enfouissement (une autre cause de pollution en perspective) ?
    Voilà ce que nous défendons Monsieur le président, et au-delà des législatives, je me ferai l’honneur de venir visiter avec vous le site et rencontrer vos militants, votre cause pourrait, pourquoi pas, devenir une cause de défense écologique de résonance régionale.

    Veuillez accuser réception de ce courrier à qui de droit et recevez, Monsieur, le Président mes salutations respectueuses.

Julien Jean Luc pour “Gauche Alternative 2007”