Gauche alternative 2007 du Cher
Gauche alternative 18

ACCUEIL


Les 10 axes élaborés par l'APF, qui sont les suivants :
 
  1. Une politique transversale et intégrée du handicap :
    Parce que le handicap ne peut plus aujourd’hui être traité dans des politiques « à part », et qu’il est nécessaire d’avoir le « reflexe » dans toutes les politiques publiques.
     
  2. Une nouvelle gouvernance :
    Parce qu’une politique transversale ne peut être efficiente que grâce à une politique interministérielle forte directement rattachée au Premier ministre.
     
  3. Une « France accessible » au plus tard en 2015 :
    Parce que le délai de 10 ans posé par la loi du 11 février 2005 oblige l’ensemble la société à s’engager dans une démarche volontariste, responsable et concernée.
     
  4. L’éducation :
    Parce que l’on ne peut accepter que des enfants et des adolescents en situation de handicap soient exclus du système français, et que toute société moderne doit prendre en compte la diversité et les différences dès le plus jeune âge.
     
  5. L’emploi plutôt que l’assistance :
    Parce que les personnes en situation de handicap aspirent à accéder au marché du travail – quand elles le peuvent – et dénoncent les discriminations directes ou indirectes de la part de certains employeurs.
     
  6. La création d’une nouvelle « allocation d’insertion handicap » :
    Parce que l’on ne peut plus accepter que « situation de handicap = situation de pauvreté » et qu’il est urgent de sortir de la logique des minima sociaux.
     
  7. Le financement du nouveau risque social lié à la perte d’autonomie :
    Parce que la perte d’autonomie (liée à la maladie, au handicap, à la vieillesse) est l’enjeu majeur des années à venir.
     
  8. L’égal accès à la prévention et aux soins :
    Parce que la politique de santé publique ne peut exclure les personnes les plus fragiles.
     
  9. Une solidarité familiale choisie :
    Parce que la solidarité familiale ou de voisinage ne peut se substituer à la solidarité nationale.
     
  10. Le droit à la vie, à la dignité et à l’intimité :
    Parce que le respect des droits fondamentaux est essentiel.