Gauche alternative 2007 du Cher
Gauche alternative 18

ACCUEIL


Moments forts et étapes importantes de l’huile,

dans le Cher


« Un mouvement porteur d’espoir »


- Un jeune couple d’agriculteur du Cher, plein d’optimisme, décide de se diversifier et produisent de l’huile de colza à usage alimentaire dans leurs fermes de manière artisanales. Ils sont les pionniers. Ils ont trouvé une bonne stratégie.

- Depuis plusieurs années après, le prix des céréales s’écroulent. En effet les consommateurs, relié par la grande distribution veulent « lutter contre la vie chère », mais à quelle prix ? C’est la mort programmé des petits agriculteurs français et surtout de ceux du tiers monde, car ils ne peuvent se défendre. Les agriculteurs ont fait confiance à l’Europe, qui leurs a donné des subventions mais n’a pu garantir des prix décents. Tout cela va uniquement profité aux grandes surfaces qui vont pouvoir profiter des subventions et pouvoir vendre encore plus bas que le prix coûtant. Comme les pétroliers, ils engendrent des profits record. Le consommateur est content mais en fait il faut bien qu’il paye ses subventions. Le prix mondial des céréales s’écroulent. Le prix du blé tombe a son niveau le plus bas (un kilo de blé est vendu 7 centimes d’€uro). Les paysans du sud n’en peuvent plus. Ils le font savoir aux syndicats agricoles du Nord et nous supplient de faire quelque chose. Le paysan européen va crouler sur la bureaucratie.

- Certains se découragent, tous voyant qu’ils ne peuvent plus compter ni sur Bruxelles, ni sur la grande distribution et ni sur les grandes coopératives pour leurs garantir des prix pour les faire survivre. Ils ne veulent pas compter sur les consommateurs. Donc ils ne veulent que compter sur eux-mêmes, il faut qu’ils réagissent très vite pour un commerce équitable franco français. Le consommateur doit payer le vrai prix de leur travail…

- Deuxième problème qui va aggraver et accélérer la situation, le prix du baril dépasse les 100 $. Les prix des engrais, des pesticides et des transports explosent, leurs charges aussi et alors que les prix des céréales restent le même. La situation des cultivateurs du Cher est très grave

- Coup final : Tony Blair veut supprimer les aides de l’Europe, il obtient gain de cause, les aides seront supprimé en 2013. La petite et moyenne exploitation du nord et les fermes du sud n’utilisant pas les OGM risquent de disparaître. La pression devient très forte.

- En conclusion, ils ne veulent urgemment plus de primes mais des prix, ils ne veulent pas devenir des bureaucrates, certains veulent résoudre eux-mêmes et vite. Pourtant la marge de manœuvre est très faible, délicate et risquée. Ils veulent plus déléguer le contrôle des prix. Certains vont essayer de trouver une des sources du problème et les moyens de la résoudre. Le problème est en fait hyper simple. Les 5% de surproduction mondiale écroule le prix. Il ne s’agit plus de savoir pourquoi et à qui la faute et les obliger à assumer leurs responsabilités. Il s’agit juste de gérer et de devenir responsable de cette surproduction et la supprimer en trouvant une alternative et ainsi garantir des prix corrects pour tous

- Ce jeune couple d’agriculteur a trouvé une diversification en produisant de l’huile alimentaire, pourquoi ne pas s’en inspirer en produisant de l’huile pour les carburants. L’ HVB (Huile Végétale Brute) est né. Il suffit de trouver des agriculteurs, bons mécaniciens et assez audacieux pour la mettre dans leurs tracteurs. C’est illégal au regard de la loi française et légal par l’Europe. C’est une forme de désobéissance civique. Il y a aussi un concurrent de taille : les grandes coopératives veulent commercialiser le « diester ». Un agriculteur « ancien mécano » va décider quatres amis agriculteurs de se lancer dans l’aventure, ils vont acheter une presse avec filtration mobile. C’est le départ de belle et courageuse aventure.

- Il y aura aussi une belle bataille légale à mener : une association à Dun sur Auron voit le jour : Le BHVB, le Berry Huile Végétale Brute. Une autre la relaie au niveau de la région centre : Alter énergie à Tours http://www.alterenergies.org/

- Ces 2 mouvements ont pris de l’ampleur. Contre toutes attentes les agriculteurs ont vu leurs prix remonter, aujourd’hui ils ont droit de l’utiliser dans leurs tracteurs. Les avantages ne s’arrêtent pas là, ils ont su garder la valeur ajouté, l’HVB est la plus écologique de tous les biocarburants. Ils peuvent aussi être fiers d’être devenu plus autonome et même plus responsables de leur avenir.


Pour toutes ces raisons accordons leurs, le droit minimum de survivre et tous ces autres droits en légalisant, ce qui est déjà légal dans d’autres pays européens, l’utilisation de l’HVB pour les transports et services, donnons un label écologique en fonction du bilan «  planète » de leurs fermes, instaurons aussi un maximum de 25% des surfaces agricoles énergétiques par ferme pour éviter les abus. Instaurons aussi une TVA à 19,6 %


Bien sûr, cette TVA rapporte moins à l’état que la TIPP (Taxe Intérieur de Produits Pétroliers), il y a le gros déficit de l’état à combler. Oui mais l’HVB contribue à l’aménagement du territoire, à notre balance extérieur, elle favorise les circuits courts, elle évite des guerres et des marées noires. Jacques Chirac n’a pas fait face aux lobbies pétrolier, Nicolas Sarkozy aura-t-il le courage de légaliser l’huile, difficile pour lui de résister à ces pressions. Nos paysans berrichons, eux ont eu ce courage, à nous de l’avoir !!!.

*********